La mode des corps cétoniques

8. janvier 2020

Les régimes extrêmement riches en matières grasses et les stratégies pauvres en glucides connaissent un véritable boom dans les milieux sportifs. Ce qui n’est pas sans faire aussi parler des corps cétoniques.

Durant de longues années, la recherche sur les efforts d’endurance s'est principalement concentrée sur l'apport d'énergie et la disponibilité des glucides. Par la suite, les recherches ont porté sur l’amélioration de l'oxydation des graisses et l'apport d’acides gras comme source d'énergie alternative, afin de préserver les réserves de glycogène.

Les corps cétoniques constituent une source d'énergie supplémentaire. Ils sont produits par l'organisme lors d'une restriction extrême de l'apport en glucides (moins de 50 grammes de glucides par jour) et servent de source d'énergie au cerveau et aux muscles squelettiques. Il n'est donc pas surprenant que de nombreux athlètes et entraîneurs en ont déduit la stratégie d'utiliser les corps cétoniques comme source d'énergie supplémentaire. Et il est tout aussi logique que l'industrie de la nutrition sportive ait découvert les corps cétoniques en raison de leurs effets potentiellement positifs et offre une multitude de produits permettant d’apporter à l'organisme des corps cétoniques par voie externe.

Raisons suffisantes pour que la Société Suisse de Nutrition Sportive (www.ssns.ch) examine de près les derniers résultats de la recherche et résume ci-dessous les conclusions actuelles sur les points faisant débat:

  • Les corps cétoniques en général: il n'est pas clair si les corps cétoniques pris par voie orale peuvent servir de source alternative d'énergie.
  • Oxydation des glucides: l’éventuelle réduction de l'oxydation des glucides durant un effort physique avec prise simultanée de corps cétoniques n'est pas claire, tout comme l'effet d'économie de glycogène. Une meilleure reconstitution des réserves de glycogène est possible.
  • Oxydation des graisses: la circulation réduite des acides gras libres peut entraîner une réduction de l'oxydation des graisses et une meilleure consommation des acides gras intramusculaires.
  • Récupération: les corps cétoniques peuvent éventuellement améliorer la récupération après l'effort et contribuer à reconstituer les réserves de glycogène.
  • Limites: l'effet sur le cerveau n'est pas clair, des effets secondaires sont possibles au niveau de l’appareil digestif. Le dosage et la fréquence n’ont pas fait l’objet de recherches et ne sont pas clairs. L'effet de la prise simultanée de glucides sur l'action des corps cétoniques n'est pas déterminé.

Conclusion: les corps cétoniques semblent avoir la capacité d'influencer notre métabolisme énergétique et la consommation de substrat. La question de savoir si cet effet peut réellement économiser du glycogène pendant l’effort, et si cela améliore la performance sportive, voire la fait chuter à haute intensité, ne semble pas encore avoir de réponse. Les rares études scientifiques réalisées sont trop peu significatives et leur nombre trop faible pour recommander l'utilisation des corps cétoniques comme supplément.

Foto:iStock.com