Interview avec Fabienne Schlumpf

1. novembre 2016

Fabienne Schlumpf s’est lancée dans la finale du 3000 m steeple des Jeux Olympiques de Rio en établissant un nouveau record suisse. Sacrée 15 fois championne de Suisse et classée cinquième aux championnats d'Europe d'Amsterdam, Fabienne Schlumpf sait convaincre sur la piste, sur la route et au cross.  

Tu as réussi à continuellement améliorer ton niveau de performance au cours des années passées. Quels sont à tes yeux les trois clés essentielles de ta réussite?

  1. Jusqu'à présent, je n'ai jamais eu de blessures trop importantes et, hormis durant l'été 2015, où j'ai été victime d'un surentraînement, je n'ai jamais été obligée d'interrompre très longuement mes entraînements.
  2. Mon ami et entraîneur Michi Rüegg me connaît depuis de très nombreuses années et depuis 2007, date à laquelle j'ai pris la décision de me lancer dans la course à pied, il a su développer ma forme physique tout en douceur et augmenter progressivement d'année en année l'intensité de mes entraînements.
  3. Ma famille, mes amis, mes sponsors et mon club ont toujours cru en moi et ont su m'accorder leur soutien. Grâce à eux, j'ai pu faire de mon passe-temps mon métier et faire tous les jours ce que je préfère.

Tu travailles toujours comme employée commerciale, ce qui t’oblige à concilier ton métier avec ton entraînement. Comme t'organises-tu pour ne pas négliger tes entraînements tout en t'octroyant suffisamment de repos?  

Grâce à mon employeur, la municipalité de Wetzikon, j'ai la chance de pouvoir organiser mon temps de travail de manière flexible et de profiter de jours de congés supplémentaires. Cela me permet de participer tous les ans pendant de nombreuses semaines à des camps d'entraînement et à des compétitions. Comme le temps de trajet jusqu’à mon lieu de travail est court, j'ai la possibilité d'organiser efficacement ma journée et de disposer de suffisamment de temps pour moi-même, aussi pour tout simplement me reposer.

Tu es présente aussi bien sur la piste que sur la route et sur des cross. Peux-tu nous dévoiler ton programme hebdomadaire pendant les différentes phases de l’année: combien de kilomètres cours-tu, à quels entraînements alternatifs as-tu recours, combien de temps accordes-tu à la musculation et à la récupération?  

J'aime courir sur différents types de trajet. Jusqu'à présent, le moment fort de l'année avait toujours lieu en été, lors d’un évènement international de grande envergure. En hiver, je puise mon endurance et ma résistance dans les courses de cross, afin d'être bien préparée pour la longue saison sur piste. Sinon, j’intercale volontiers des courses sur route comme unités d'entrainement pour les compétitions ou pour casser ma routine d'entraînement.

Le nombre de kilomètres que je parcours par semaine varie selon la phase d'entraînement. En hiver, je cours bien plus de kilomètres par semaine qu'en été, quand l’une ou l’autre courte distance sur piste figure au programme. J’ai recours à des entraînements alternatifs surtout au début de la phase d'entraînement de base. Je remplace alors de temps en temps une course de longue durée par une sortie à vélo ou quelques longueurs à la piscine. La musculation ne fait absolument pas partie de mes unités d'entraînement favorites. Je préfère être dehors dans la nature. Mais comme il faut faire les choses comme il se doit, je me rends généralement une fois par semaine en salle de musculation où nous travaillons surtout avec mon propre poids et des médecine balls.

Nous sommes au milieu de la saison de course automnale. Quels sont les trois conseils les plus importants que tu peux donner à des coureurs amateurs pour qu'ils réussissent leurs compétitions?  

  1. Il est important de bien planifier ses compétitions. Le mieux est de se fixer une compétition clé, au cours de laquelle on tentera de donner le meilleur de soi-même. Au préalable, on aura intégré d'autres compétitions dans la préparation.
  2. Avoir une bonne base est essentiel: au début de la préparation, il faut surtout chercher à améliorer son endurance de base.
  3. Le plan d'entraînement hebdomadaire devrait inclure une séance de vitesse. Plus la date de la compétition clé approche, plus les entraînements de course doivent être courts et intenses. Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir!